Back to news

Faire le choix du Réseau, pas d’une caméra

Publié le

Au-delà du simple stockage des preuves, comment les administrations peuvent penser de manière plus globale afin de faire le choix d’un réseau proposant un service d’automatisation et permettant aux forces de l’ordre de mettre en place des méthodes de travail plus intelligentes

Lorsque vous pensez acheter des caméras-piétons, vous achetez en réalité plus que cela. D’une certaine manière, lorsqu’elles s’équipent de cette technologie relativement récente, les administrations ne se contentent pas de mettre à disposition de leurs agents de nouveaux appareils, elles investissent également dans des technologies pour l’avenir. Peu importe la manière dont les choses évolueront, les activités quotidiennes d’une administration qui se voit confrontée à une quantité élevée de preuves sous des formes très diversifiées ne seront plus jamais véritablement les mêmes. De nouvelles tâches administratives devront être effectuées par les agents, de nouvelles formes de collaboration devront être mises en place avec les procureurs, et les activités quotidiennes des policiers amorceront certainement un changement, tout comme les indicateurs de performance qui permettent d’évaluer l’efficacité des agents seront eux aussi impactés.

Cependant, une telle période de changements peut constituer pour les services une opportunité exceptionnelle ; elle offre en effet la possibilité d’automatiser les flux de travail, de diminuer les tâches administratives et d’adopter une plateforme interopérable qui contribuera à définir des méthodes de travail plus intelligentes.

Pour tirer pleinement avantage de cette nouvelle technologie, les administrations doivent toutefois avoir la certitude de choisir la bonne plateforme. Recourir à un simple système basé sur le cloud afin de stocker des documents audio et vidéo provenant de caméras-piétons ne suffit pas. Une plateforme complète de gestion des preuves numériques ne doit pas seulement proposer des caméras, des applications et des services (tels que l’assistance à la clientèle d’Evidence.com disponible 24 h/24, 7 j/7, 365 jours/an), elle doit également permettre à ces technologies de se connecter entre elles, ainsi qu’à d’autres systèmes tels que les bases de données CAD/RMS. Cette connectivité permettra de redéfinir la manière dont les agents interagissent au quotidien avec les appareils et les applications.

Quiconque présente une solution basée sur le cloud comme un simple mode de stockage, et non comme un véritable outil d’automatisation, court le risque de minimiser l’ampleur de la révolution qui se joue actuellement dans le domaine des preuves numériques, soutenue par le recours aux caméras-piétons et à d’autres types de technologie. À l’inverse, une plateforme de gestion des preuves numériques plus efficace peut permettre de réaliser des économies en termes de temps et d’argent en intégrant les images filmées par des caméras-piétons dans un flux de travail plus large, plus efficace et plus automatisé.

Mais quelle approche une administration devrait-elle adopter quand il s’agit de choisir une plateforme ? Voici trois éléments à prendre en compte :

1. Penser à long terme

Si la vitesse à laquelle évolue actuellement la technologie dans le domaine de la sécurité publique (qui a vu au cours des dernières années un déferlement de nouvelles innovations, qu’il s’agisse de caméras-piétons ou encore d’applications mobiles) peut être considérée comme un indice de ce que sera l’avenir, les choses pourraient être très différentes dans quelques années. Votre technologie doit anticiper un tel changement ; pour ce faire, elle doit être flexible et capable de s’adapter à vos pratiques sans cesse changeantes. Lorsque vous pensez à votre plateforme, imaginez que c'est l’investissement le plus important que vous puissiez réaliser pour assurer la réussite de votre administration sur le long terme. Par exemple, Axon prévoit la disparition progressive dans les années à venir des tâches administratives manuelles, ainsi que d’autres types de tâche manuelle fastidieuse, pour les policiers. La solution que vous souhaitez adopter sera-t-elle à la hauteur dans ce nouvel environnement ?

Le réseau Axon prend d’ores et déjà des mesures spécifiques pour s’assurer que tous les types de preuve numérique peuvent être exploités, en toute simplicité, dans le cadre de flux de travail automatisés. Les photos, les vidéos filmées par des caméras-piétons, les vidéos filmées lors d’interrogatoires, les enregistrements de vidéosurveillance, ainsi que d’autres types de preuve numérique ont déjà été intégrées dans notre base de données unique, évolutive et basée sur le cloud, où ils peuvent être indexés, annotés et gérés de manière adéquate. Les données des utilisateurs ne risquent désormais plus de devenir obsolètes ou d’être incompatibles avec les ordinateurs ou les technologies nouvellement développés, sans oublier le fait qu’elles peuvent être intégrées très facilement dans des logiciels tiers tels que des systèmes CAD/RMS ou des services de transcription à la demande.

Dans la même perspective, le réseau Axon offre des outils de retouche vidéo automatisée permettant des réaliser des économies en termes de temps et d’argent lorsque des demandes sont présentées en vertu du Freedom of Information Act (FOIA, Loi sur la liberté d'information) ; un indicateur de performance important pour une tâche qui devrait probablement devenir plus fréquente au fur et à mesure que l’usage des caméras-piétons se démocratise. Une plateforme qui ne serait pas capable d’offrir un tel niveau d’automatisation ou le degré d’interopérabilité décrit ci-dessus ne serait pas en mesure de faire face à l’évolution rapide des besoins de toute administration en matière de gestion des dossiers. En ce sens, toutes les solutions basées sur le cloud ne se valent pas.

2. Faire preuve d’une vision d’ensemble, de la scène du crime à la salle d’audience

Les caméras-piétons ont été plébiscitées car elles permettent d’apporter de nouvelles preuves, tout aussi pertinentes, dans le cadre de procédures pénales ; elles permettent ainsi d’augmenter le nombre de poursuites engagées et de mettre en place un système juridique globalement plus efficace. Mais lorsqu’une administration acquiert des caméras-piétons pour ses agents, les avantages offerts par ces solutions ne lui sautent pas immédiatement aux yeux, tout simplement parce qu’il s’agit d’une technologie nouvelle. En soi, les séquences filmées par des caméras-piétons jouent aujourd’hui un rôle majeur dans l’activité des policiers ; elles ne peuvent toutefois pas, à elles seules, être porteuses de changements.

Avec une plateforme qui ne s’intègre pas dans des systèmes plus larges et ne permet pas l’automatisation de tâches clés, l’envoi de preuves aux procureurs depuis vos locaux peut se révéler particulièrement difficile. Cela nécessite que les procureurs hébergent des logiciels propriétaires, particulièrement coûteux et payés avec leur propre argent, pour être en mesure de stocker et de gérer les fichiers vidéo au format ouvert qui leur ont été envoyés via des liens. En plus des importants besoins en infrastructure que cette situation suppose, les procureurs se verront confrontés à des obstacles supplémentaires lorsqu’ils souhaiteront procéder au montage ou à la retouche des vidéos, à un moment où la chaîne de possession commencera, quant à elle, à devenir de plus en plus difficile à préserver. Ceci aura pour conséquence d’allonger le temps en amont des poursuites, en faisant perdre de nombreuses heures aux agents contraints d’effectuer des tâches administratives.

Contrairement à ses concurrents, Evidence.com peut se prévaloir d’assurer une interopérabilité optimale grâce à Evidence.com pour les procureurs, qui permet à ces derniers de visualiser les vidéos stockées sur Evidence.com, gratuitement et sans devoir investir dans des infrastructures numériques onéreuses. Le Réseau met à la disposition des procureurs tous les outils dont ils peuvent avoir besoin dans le cadre de la consultation de fichiers, de la retouche d’images et de la transcription de documents, sans frais supplémentaire. La chaîne de possession sera préservée et l’ensemble des métadonnées seront gérées de manière rigoureuse, même dans l’hypothèse où certains membres du personnel de l’administration décideraient d’exporter une séquence vidéo vers un outil tiers. Ainsi, une plateforme efficace contribue véritablement à améliorer la collaboration et les partenariats entre la police et les procureurs dans la mesure où elle permet aux utilisateurs d’exploiter pleinement et à tout moment les images filmées par les caméras-piétons et tous les autres types de preuve disponibles.

3. Comprendre les limites

De la même manière que les caméras-piétons ne peuvent pas, à elles seules, résoudre d’un coup de baguette magique toutes les difficultés rencontrées par une administration, même la meilleure des plateformes ne pourra pas faire de miracles. Tout le secret est donc de savoir ce que l’on peut attendre et ne pas attendre d’une plateforme. Une plateforme telle que celle proposée par Axon peut par exemple permettre aux agents de passer moins de temps dans leurs locaux en automatisant un grand nombre de tâches allant de la retouche des vidéos à la gestion des dossiers, et bien plus encore. Il en résulte un flux de travail globalement plus efficace, ce qui permet de réaliser des économies et de mettre en place des méthodes de travail plus intelligentes.

Au moment de choisir une plateforme, il convient de se souvenir que tout l’éventail des possibilités qu’elle propose n’est pas nécessairement immédiatement perceptible. Par exemple, le Réseau Axon permet de stocker et de gérer des preuves numériques, mais il permet en outre d’intégrer votre système CAD/RMS à notre système de stockage, tout en vous offrant un service de transcription vidéo et audio à la demande réalisé par un prestataire extérieur. Il va donc de soi que notre réseau ne s’appuie pas sur un simple logiciel ; il repose également sur des équipements (des caméras-piétons aux supports pour caméras-piétons, dont la durée de vie est un élément essentiel qui ne doit jamais être négligé), des garanties/mises à niveau de matériel, ainsi que des services professionnels tels que la surveillance de la sécurité et l’assistance à la clientèle.

Il est difficile de prédire l’avenir. La seule chose dont nous pouvons être certains, c’est que la technologie n’aura de cesse d’évoluer et que les services de police continueront à adapter leurs méthodes de travail en permanence. La technologie des caméras-piétons fait certes désormais partie de votre quotidien et cette situation ne devrait pas connaître de grands bouleversements à l’avenir ; néanmoins, elle n’est pas en mesure de suivre chacune des évolutions technologiques qui se dessinent actuellement. Lorsque les administrations décident d’investir dans des technologies pour leur avenir, elles doivent garder ceci à l’esprit et penser en termes de développement à long terme, sans oublier de considérer le cycle de vie des preuves dans son ensemble, ainsi que les limites inhérentes à toute technologie. Il est indispensable de regarder au-delà du simple stockage des preuves numériques, de porter son regard vers un futur qui verra des processus d’automatisation plus développés et des flux de travail plus efficaces. De se préparer à vivre dans un monde nouveau, fondé sur une évolution technologique permanente. En d’autres termes, de faire le choix d’un réseau, et non pas simplement d’une caméra ou d’un mode de stockage.